Le Fiscaliste.fr > Investir & Habiter > Immobilier : pourquoi les taux restent-ils aussi bas ?

Immobilier : pourquoi les taux restent-ils aussi bas ?

Depuis plusieurs mois, les taux immobiliers restent très bas. En mai et en juin, une légère baisse a encore été enregistrée. Comment expliquer cette situation ? Et, quelles sont les perspectives pour le second trimestre ?

Les taux bas compensent la hausse des prix de l’immobilier

Dans les grandes villes, les prix de l’immobilier poursuivent leur hausse, à cause de l’inflation. A Paris, le prix du mètre carré a déjà passé la barre des 9 000 euros en mars 2018, soit une hausse d’environ 8 % par rapport à la même période de l’année précédente. La capitale française ne semble pas être prête de perdre son statut de ville la plus chère de l’Hexagone. Les prix dans les grandes métropoles progressent aussi. À Marseille, une hausse plus modeste de 1,6 % a été enregistrée sur 1 an. Le prix du mètre carré dans la ville est en moyenne de 2 880 euros. À Bordeaux, la progression est plus marquée. Les prix y sont en hausse de 13,6 % sur un an. Comme la pierre reste l’emplacement favori des Français, les taux bas permettent de compenser cette hausse. Les ménages peuvent donc profiter de cette situation exceptionnelle pour concrétiser leurs achats immobiliers ou investir par exemple avec la loi LMNP. Par ailleurs, les établissements bancaires, contraints d’atteindre leurs objectifs commerciaux, rivalisent d’offres afin de séduire le maximum de clients souscripteurs de crédits immobiliers. Ils gardent donc leurs taux très bas. Actuellement, les ménages peuvent emprunter à taux fixe à 0,55 % sur 7 ans, à 0,72 % sur 10 ans, à 0,96 % sur 15 ans, à 1,35 % sur 25 ans, et à seulement 1,78 % sur 30 ans (Barème des meilleurs taux constatés en juillet 2018). Les taux bas favorisent donc la demande de crédits et sauvegardent le marché.

Vers des taux records et historiques pour la rentrée !

Les taux immobiliers proposés par les établissements bancaires se maintiennent à un niveau très bas, mais les records de l’année 2016 ne sont pas encore battus. Pour rappel, durant la rentrée 2016, les emprunteurs ayant les meilleurs profils ont pu décrocher auprès des établissements bancaires des crédits immobiliers à peine plus de 1 % sur 20 ans. Les banques toujours en quête de clientèle continueront à proposer des conditions favorables aux emprunteurs. On se dirige donc progressivement vers de nouveaux records cet été.

 

Loi de Finances 2018

La loi Pinel est prolongée jusqu'au 31 Décembre 2021. Les travaux de rénovation pour la performance energétique, le ravalement ou l'adaptation de l'habitat entrainent une réduction d'impôt de 20% du coût global, dans la limite de 22 000 euros.

Ils parlent de nous